+33 6 19 69 05 31

Marie J. JOHN

  • Pendant 1h30, je vous propose de me rejoindre pour un travail réparateur et introspectif sur ” Je suis …? “
  • Pendant les 15 premières minutes, un moment de dépose commun et de partages avec caméra et micro
  • Puis, pendant le soin réparateur-méditation ultra-créative, je vous demanderai déteindre votre caméra et micro pour éviter les sons parasites
  • Le dernier quart d’heure sera consacré à valider le SupraSentiment, exprimer et partager le “Je suis …” trouvé / retrouvé

LE THÈME ET AXE DE TRAVAIL

Au quotidien, dans certaines situations, nous pouvons sentir reliés avec certaines tribus, éthnies, cultures, clans, vielles légendes, …
Lors de voyages introspectifs, nous avons pu sentir à nos côtés la présence bienveillante d’un indien Hopi, avoir été parés par les Femmes de Tettila, …Une envie douloureuse d’appartenance peut se faire sentir alors ou une nostalgie triste de manque ou d’envie, un sentiment d’être à côté de la plaque en tant qu’occidental, sentiment de perte peut-être, quelque chose comme un sentiment d’infériorité, d’inculture en lien avec les choses de la terre. Nos cellules portent-elles encore les stigmates des actes conquérants de nos ancêtres? Une honte qui se dissimule?Je vous propose de nous délester de ce chaînon ancestrale ce soir pour pouvoirêtre de là où nous sommes nés !Dans cette existence, nous sommes européens.
Le centre des Axes Sud / Nord et Est / Ouest.
Relions donc toutes ces connaissances en cette terre centrale où nous habitons et décharons nous du poids des guerres de pouvoir, des dogmes anciens.Ce soir, devenons les dépositaires justes et gardiens respectueux de notre rôle de réceptacle.Ce qui m’apparaît comme une évidence, c’est de devoir travailler sur le fait que notre besoin d’appartenance nous soulage à la notion de tribu. Cependant, notre droit légitime d’appartenir, devient une supplication d’occidentaux qui ne sait rien. Je simplifie mais au fond, nous essayons d’appartenir au clan, de devenir dépositaire d’un savoir mais au plus profond de nous-même, l’impression d’usurper un titre, un privilège est présent. Qu’en pensez-vous?

Et si c’était juste de vouloir appartenir mais que cette envie nous amenait à vouloir nous faire adopter parce que nous sommes orphelins de notre culture? Devrions-nous pas retrouver notre titre de là où nous sommes nés dans cette existence?

Pour l’heure, nous ne sommes pas chaman des Steppes, ni Homme-Médecine de Bolivie, ni Prêtresse Soufi, ni Druide, ni médecin, ni alchimiste, … Nous sommes porteurs de tous ces héritages. Parfois, nous en sommes nostalgiques. Parfois nous les revendiquons. Nous les acceptons ou ils nous reconnaissent.

Mais en vérité, nous sommes … ????

Découvrons-le lundi soir, par le biais d’une médiation RCR
Délestons-nous de nos encombrants, soulageons notre âme, renforçons notre vaillance, nos talents! Retrouvons notre appartenance individuelle et notre titre de là où nous sommes nés dans cette existence.

A lundi … et en attendant bon travail de préparation!
Marie